Jump to Top .

NATO's War On Libya Is A War On African Development

By Rebel Griot
03 September, 2011
Countercurrents.org

NATO's War On Libya Is A War On African Development

“Africa the key to global economic growth”;this was a refreshingly honest recent headline from the Washington Post, but hardly one that qualifies as ‘news’. African labour and resources- as any decent economic historian will tell you - has been key to global economic growth for centuries.

When the Europeans discovered America five hundred years ago, their economic system went viral. Increasingly, European powers realised that the balance of power at home would be dictated by the strength they were able to draw from their colonies abroad. Imperialism (aka capitalism) has been the fundamental hallmark of the world’s economic structure ever since.

For Africa, this has meant nonstop subjection to an increasingly systematic plunder of people and resources that has been unrelenting to this day. First was the brutal kidnapping of tens of millions of Africans to replace the indigenous American workforce that had been wiped out by the Europeans. The slave trade was devastating for African economies, which were rarely able to withstand the population collapse; but the capital it created for plantation owners in the Caribbean laid the foundations for Europe’s industrial revolution (1). Throughout the eighteenth and nineteenth centuries, as more and more precious materials were found in Africa (especially tin, rubber, gold and silver), the theft of land and resources ultimately resulted in the so-called “Scramble for Africa” of the 1870s, when, over the course of a few years, Europeans divided up the entire continent (with the exception of Ethiopia) amongst themselves. By this point, the world’s economy was increasingly becoming an integrated whole, with Africa continuing to provide the basis for European industrial development as Africans were stripped of their land and forced down gold mines and onto rubber plantations.

After the Second World War, the European powers, weakened by years of unremitting industrial slaughter of each another, contrived to adapt colonialism to the new conditions in which they found themselves. As liberation movements grew in strength, the European powers confronted a new economic reality – the cost of subduing the ‘restless natives’ was starting to near the level of wealth they were able to extract from them. Their favoured solution was what Kwame Nkrumah termed ‘neo-colonialism’ – handing over the formal attributes of political sovereignty to a trusted bunch of hand-picked cronies who would allow the economic exploitation of their countries to continue unabated. In other words, adapting colonialism so that Africans themselves were forced to shoulder the burden and cost of policing their own populations.

In practice, it wasn’t that simple. All across Asia, Africa and Latin America, mass movements began to demand control of their own resources, and in many places, these movements managed to gain power – sometimes through guerrilla struggle, sometimes through the ballot box. This led to vicious wars by the European powers – now under the leadership of their upstart protege, the USA - to destroy such movements. This struggle, not the so-called “Cold War”, is what defined the history of post-war international relations.

So far, neo-colonialism has largely been a successful project for the Europeans and the US. Africa’s role as provider of cheap, often slave, labour and minerals has largely continued unabated. Poverty and disunity have been the essential ingredients that have allowed this exploitation to continue. However both are now under serious threat.

Chinese investment in Africa over the past ten years has been building up African industry and infrastructure in a way that may begin to seriously tackle the continent's poverty. In China, these policies have brought about unprecedented reductions in poverty (2) and have helped to lift the country into the position it will shortly hold as the world’s leading economic power (3). If Africa follows this model, or anything like it, the West’s five hundred year plunder of Africa’s wealth may be nearing a close.

To prevent this ‘threat of African development’, the Europeans and the USA have responded in the only way they know how – militarily. Four years ago, the US set up a new “command and control centre” for the military subjugation of the Africa, called AFRICOM. The problem for the US was that no African country wanted to host them; indeed, until very recently, Africa was unique in being the only continent in the world without a US military base. And this fact is in no small part, thanks to the efforts of the Libyan government.

Before Gaddafi’s revolution deposed the British-backed King Idris in 1969, Libya had hosted one of the world’s biggest US airbases, the Wheelus Air Base; but within a year of the revolution, it had been closed down and all foreign military personnel expelled.

More recently, Gaddafi had been actively working to scupper AFRICOM. African governments that were offered money by the US to host a base were typically offered double by Gaddafi to refuse it, and in 2008 this ad-hoc opposition crystallised into a formal rejection of AFRICOM by the African Union (4).

Perhaps even more worrying for US and European domination of the continent were the huge resources that Gaddafi was channelling into African development. The Libyan government was by far the largest investor in Africa’s first ever satellite, launched in 2007, which freed Africa from $500million per year in payments to European satellite companies. Even worse for the colonial powers, Libya had allocated $30billion for the African Union's three big financial projects (5), aimed at ending African dependence on Western finance. The African Investment Bank - with its headquarters in Libya - was to invest in African development at no interest, which would have seriously threatened the International Monetary Fund’s domination of Africa - a crucial pillar for keeping Africa in its impoverished position (6). And Gaddafi was leading the AU's development of a new gold-backed African currency, which would have cut yet another of the strings that keep Africa at the mercy of the West, with $42billion already allocated to this project - again, much of it by Libya.

NATO’s war is aimed at ending Libya’s trajectory as a socialist, anti-imperialist, pan-Africanist nation in the forefront of moves to srengthen African unity and independence. The rebels have made clear their virulent racism from the very start of their insurrection, rounding up or executing thousands of black African workers and students(7). All the African development funds for the projects described above have been ‘frozen’ by the NATO countries and are to be handed over to their hand-picked buddies in the NTC to spend instead on weapons to facilitate their war.

For Africa, the war is far from over. The African continent must recognise that NATO's lashing out is a sign of desperation, of impotence, of its inability to stop the inevitable rise of Africa on the world stage. Africa must learn the lessons from Libya, continue the drive towards pan-African unity, and continue to resist AFRICOM. Plenty of Libyans will still be with them when they do so.

Further reading

Gold, Oil, Africa and Why the West wants Gaddafi Dead
by Brian E Muhammed for the Final Call
http://www.finalcall.com/artman/publish/
World_News_3/article_7886.shtml

Why the West wants Gaddafi Out
by Jean-Paul Pougala for the Southern Times
http://www.southerntimesafrica.com/article.php?title=Why_the_West_wants_Gaddafi_out__&id=6159



"L’Afrique est la clé du développement économique mondial"

La guerre de l’OTAN contre la Libye est une guerre contre le développement de l’Afrique (Countercurrents) ce récent titre du Washington Post est d’une honnêteté rafraîchissante, mais pas vraiment un scoop. La main d’oeuvre et les ressources africaines comme vous le dirait n’importe quel historien économique décent sont la clé du développement économique mondial depuis des siècles.

Quand les Européens ont découvert l’Amérique il y a 500 ans, leur système économique s’est disséminé à vive allure. Les puissances européennes ont pris de plus en plus conscience que l’équilibre des pouvoirs dans leur pays dépendrait de la force qu’ils pourraient tirer de leur colonies. l’impérialisme (c’est à dire le capitalisme) a été la caractéristique essentielle de la structure économique mondiale depuis lors. Pour l’Afrique cela s’est traduit par le pillage systématique et continu de sa main d’oeuvre et de ses ressources qui n’a pas faibli à ce jour. D’abord ça a été l’enlèvement brutal de dizaines de milliers d’Africains pour remplacer la force de travail native d’Amérique que les Européens avaient décimée.

Le commerce des esclaves a été dévastateur pour les économies africaines qui étaient rarement capables de supporter l’effondrement de leur population ; mais les capitaux ainsi accumulés par les propriétaires de plantation dans les Caraïbes ont financé la révolution industrielle. Tout au long des 18 et 19ièmes siècles de plus en plus de matières précieuses ont été découverts en Afrique (spécialement du fer, du caoutchouc, de l’or et de l’argent) et le vol des terres et des ressources a finalement abouti à ce qu’on a appelé "La ruée vers l’Afrique" quand, en l’espace de quelques années, les Européens se sont partagés le continent tout entier (sauf l’Ethiopie). A ce stade, l’économie s’était largement mondialisée et l’Afrique continuait à fournir la base du développement industriel européen, les Africains étant, pour ce faire, dépouillés de leurs terres et de leurs ressources et forcés de travailler dans les mines d’or et dans les plantations de caoutchouc.

Après la seconde guerre mondiale, les puissances européennes, affaiblies par des années de guerre industrielle les unes contre les autres, se sont efforcées d’adapter le colonialisme à leur nouvelle situation. Les mouvements de libération se renforçaient et les puissances européennes étaient confrontées à une nouvelle réalité économique —le coût de la répression "de l’agitation des natifs" devenait proche du niveau de richesse qu’ils extrayaient de leurs pays. La solution qu’ils ont choisie a été baptisée "néocolonialisme" par Kwame Nkrumah ; elle consistait à confier les attributs formels du pouvoir à un groupe d’hommes de paille triés sur le volet pour qu’ils les laissent continuer à exploiter leurs pays comme auparavant. En d’autres termes, l’adaptation du colonialisme permet de faire supporter aux Africains eux-mêmes les coûts et le fardeau de la répression de leurs propres populations.

En pratique ça n’a pas été aussi simple. Partout en Asie, en Afrique et en Amérique Latine, il y a eu des mouvements de masse qui réclamaient le contrôle de leurs propres ressources et dans beaucoup d’endroits, ces mouvements ont réussi à prendre du pouvoir —parfois par la guérilla, parfois par les urnes. Les puissances européennes —désormais conduites par leur dernier rejeton et protégé, les USA— ont mené des guerres impitoyables pour venir à bout de ces mouvements. Cette lutte, et non la soi-disant "guerre froide", est ce qui caractérise l’histoire des relations internationales de l’après-guerre.

Jusqu’à aujourd’hui, le néocolonialisme a été un succès pour les Européens et les USA.

Le rôle de l’Afrique comme fournisseur de main d’oeuvre bon marché, pour ne pas dire esclavagisée, et de minéraux n’a pas faibli. La pauvreté et la désunion ont souvent été les principaux facteurs qui ont permis à cette exploitation de se maintenir. Cependant de sérieuses menaces pèsent désormais sur ces deux facteurs.

Les investissements chinois en Afrique pendant ces dix dernières années ont contribué à mettre en place une industrie et des infrastructures africaines qui commencent à avoir des effets bénéfiques sur le niveau de vie des populations. En Chine, grâce à cette politique, il y a eu une réduction drastique de la pauvreté et le pays est en passe de devenir la première puissance économique du monde. Si l’Afrique suit cet exemple, ou un autre du même genre, cela mettra probablement fin aux 500 années de pillage des richesses de l’Afrique par l’occident.

Pour empêcher cette "menace sur le développement de l’Afrique" les Européens et les USA ont employé la seule chose qu’ils connaissent —les armes. Il y a quatre ans, les USA ont mis en place un nouveau "centre de contrôle et de commande" pour soumettre militairement l’Afrique qui porte le nom d’AFRICOM. Le problème pour les Etasuniens était qu’aucun pays d’Afrique ne voulait les accueillir ; De fait jusqu’à encore tout récemment, l’Afrique se distinguait en étant le seul continent qui ne comportait pas de base américaine. Et en vérité c’était en grande partie grâce aux efforts du gouvernement libyen.

Avant que la révolution de Kadhafi ne chasse en 1969 le roi Idris qui était soutenu par les Anglais, la Libye abritait un des plus grandes bases américaines, la base aérienne Wheelus ; mais au cours de la première année de la révolution elle a été fermée et tout le personnel militaire a été expulsé.

Ces dernières années, Kadhafi travaillait activement à saboter AFRICOM. Quand les USA offraient de l’argent à un pays d’Afrique pour qu’il accueille une base étasunienne, Kadhafi lui offrait le double pour qu’il refuse et en 2008 cette opposition s’est cristallisée sous la forme d’un rejet formel de AFRICOM par l’Union Africaine. Et ce qui était peut-être encore plus inquiétant pour l’hégémonie européo-étasunienne sur le continent c’était les énormes montants d’argent que Kadhafi consacrait au développement de l’Afrique. Le gouvernement libyen a été sans nul doute le plus gros investisseur du premier satellite africain lancé en 2007 qui a fait économiser à l’Afrique les 500 millions de dollars que lui coûtait précédemment l’utilisation des satellites européens.

Pire encore pour les puissances coloniales, la Libye avait alloué 30 milliards de dollars à l’Union Africaine pour trois projets financiers destinés à mettre un terme à la dépendance africaine vis à vis de la finance occidentale. La Banque d’Investissement Africaine, -qui a son siège en Libye- devait investir dans le développement de l’Afrique sans intérêt ce qui aurait sérieusement menacé la domination du Fond Monétaire International sur l’Afrique —un instrument capital pour maintenir l’Afrique dans la pauvreté. Et Kadhafi dirigeait la mise en place par l’Union Africaine d’une nouvelle monnaie africaine indexée sur l’or qui aurait sectionné encore une autre des ficelles qui tiennent l’Afrique à la merci de l’Occident, 42 milliards de dollars ayant déjà été consacrés à ce projet — et à nouveau la majeure partie par la Libye.

La guerre de l’OTAN a pour but de mettre un terme au projet socialiste, anti-impérialiste, et panafricain de la Libye qui était le fer de lance d’un mouvement destiné à renforcer l’unité et l’indépendance de l’Afrique. Les rebelles ont clairement exprimé leur racisme virulent depuis le début de leur soulèvement en arrêtant et en exécutant des milliers de travailleurs et d’étudiants africains noirs. Tous les fonds de développement africains pour les projets décrits ci-dessus ont été "gelés" par les pays de l’OTAN et vont être remis à leur copains du Conseil de transition pour acheter des armes et faciliter la guerre.

Pour l’Afrique la guerre est loin d’être terminée. le continent africain doit se rendre compte que l’agression de l’OTAN est un signe de désespoir, d’impuissance et d’incapacité à empêcher l’inévitable montée en puissance de l’Afrique sur la scène internationale. L’Afrique doit retenir les leçons de la Libye et continuer à consolider l’unité panafricaine et à résister à AFRICOM. Il y aura encore beaucoup de Libyens qui les soutiendront dans cette tâche.

Pour consulter l’original : countercurrents.org/griot030911.htm ou version anglaise ci-dessus.

Traduction : Dominique Muselet www.alterinfo.net

to top