Jump to Top .



-- The World’s Greatest Hoax: How the name “Yahshua” became the empty name “Jesus”
-- Le plus grand canular mondial: Comment le nom « Yahshua » devint le nom vide « Jésus »


The World’s Greatest Hoax: How the name “Yahshua” became the empty name “Jesus”

Note: This article is about a religious matter. Please don’t consider it if you do not have any interest in such topics.

1.1 - Motivation

It is undoubtedly discouraged to use caricatures of Holy Names in prayer because a prayer won’t have the power if corrupted and perverted names of the Saints are invocated. A passage from the oracles of Zoroaster tells cleary: “Change not barbarous Names of Evocation, for they are Names Divine, having in the Sacred Rites of Power Ineffable!”

The Prophet Yeremiah warned that this practice, spread by the unfaithful priests, interpreters and scribes, consisting of removing Yahweh's Name from Holy Scriptures handed down future generation. And this is exactly what happened when the Hebrew Scriptures were first translated to Greek, then to Latin, and finally to English.

“How can you say; we are the wise, and the Law of Yahweh is with us? Behold, the lying pen of the scribes has falsified them, and written them wrong! (Yeremiah 8:8)”

That's why, today, we have foolish sounding names like "Jesus", which do not honor or glorify our Heavenly Father Yahweh, because they carry none of the original intent and meaning.

1.2– How the name “Yahshua” became the empty name “Jesus”


By Scott Nelson

Did you know that if you could go back to the time of the twelve apostles, if you walked up to Peter and said, "Please, take me to see Jesus Christ", Peter would get a puzzled look on his face and say the equivalent of, "Who, or what is that?" Did you know that no one who followed Jesus could have been capable of accurately pronouncing the name "Jesus"? The truth is, if you could go back in time, Peter would probably say something more like, "Come, let me introduce you to Y'shua the Messiah."

When the angel Gabriel came to Mary and told her she was going to have a son and what the child's name was to be, (Luke 1:31) the sound of the name that Mary heard come from Gabriel's lips was very close to, if not exactly... "Yahushua" pronounced Yah-hoo-shoo'-ah. In modern hebrew script, "Yahushua" looks like and is read from right to left. This name is the blending of two Hebrew words. The first part, "Yah-hu", is part of God's name that is sometimes used at the beginning or end of a Hebrew name. The second part of the Messiah's name, "shua", is the Hebrew word for deliverance meaning "saves". The name "Yahushua" literally means God-saves. The name Yahushua was then shortened for everyday use the same way a name like Barbara is often shortened to Barb (see the name parable), and the four syllable name Yahushua was shortened to three syllables, Yahshua. And in every day usage of the name, it came out even shorter and sounded like Y'shua.

Today, to make Y'shua more English user-friendly, some Messianics have replaced the apostrophe with the letter "e" as a least pronounced vowel in the English language, rendering it as Yeshua. This version of the Messiah's name is one that I used for some time as well. But because the "e" is almost always over-pronounced, sounding like one is beginning to say the word "yes", and the emphasis wrongly placed on the second syllable, I now prefer to use the more correctly pronounced spelling of Yahshua. It is pronounced like "Joshua" with a "y". The emphasis should remain with God's name in the first syllable.

1.2.1 - The translation process.... Hebrew to Greek

Early on, when the Gospels were being written and the story of Yahshua the Messiah was spreading to the Gentile nations, the story had to be translated to Greek. There are two ways a Hebrew name can be brought across a language barrier. Hebrew names always carry a meaning, and one way is to translate the name, which is bringing across the meaning of the name. The other method is the most common and is called a transliteration, which is the bringing across of the sound of the name. If the translators of the Gospel story had translated Yahshua's name down through history, we might well know him as "God-saves" today because that is what his name means.

In the case of the name "Y'shua", the Greek speaking world did the best they could to transliterate his name. Usually, this involves a relatively easy process of swapping like sounding letters so a reader would end up making the same sound when pronouncing the name. In many cases this is not a problem. But in the case of the name "Y'shua" there are four problems in bringing it across to Greek:

  1. 1. Two of them are the fact that the ancient Greek language did not contain two of the sounds found in the name Y'shua. This may come as a surprise to English speaking people, but the fact is, the ancient Greek language did not contain any "y" sound as in "yes", nor did it have a "sh" sound as in "show". The closest sound a Greek speaking person could come to making a "y" sound was by putting the two Greek letters Iota and Eta together and coming up with an "ee-ay" sound. And the closest a Greek speaking person could come to making the "sh" sound was the "s" sound made by the letter Sigma. With these two changes, "Y'shua", pronounced by a Greek speaking person would naturally come out sounding like "ee-ay-soo-ah".

  2. 2. The third problem with transliterating "Y'shua" is the fact that traditionally, masculine Greek names never ended in a vowel sound. Those that did were generally given the letter Sigma or "s" as a suffix. This tradition was likely derived from the fact that the name of the Greek god Zeus ended with Sigma. This tradition is seen in familiar Biblical names, where Judah became Judas, Cephah (which means "rock") became Cephas, Apollo became Apollos, Barnabie became Barnabas, Matthew became Matthias and so on. So "ee-ay-soo-ah" needed to become "ee-ay-soo-ah-s".

  3. 3. The fourth problem is that the two vowel sounds before the "s" do not flow and are virtually never seen in Greek. So the last vowel sound was dropped as it was in other names, and we were left with "ee-ay-soos".

Aside from the added tradition of giving the name a masculine sound, see the 3rd problem, this is the closest a Greek speaking person could come to transliterating the name Y'shua. Already by this point, the name “Y'shua” had lost all of its meaning and 75% of its sound. The last vestige of its sound was found in the "oo" (as in "soon") sound. Yahshua was known as "ee-ay-soos" to the Greek speaking world for nearly 400 years. In Greek script, "ee-ay-soos" looks like , and like English, it is read from left to right.


We are not yet at the end of this tragedy or the film, alas!

There are a number of differing schools of thought on what the true pronunciation of God's name might be. Some believe it is "Yahu-eh", others believe it is "Jehovah". Consequently, there are many differing ideas as to what the Messiah's true original full name is. Some take the (J) and the (O) from Jehovah and come up with "Joshua".


Others, realizing there is no (J) sound in Hebrew, replace it with (Y), and come up with "Yeho-shua" and the list goes on and on. The differences are many and one could go on in a multi-paged discussion of the pros and cons of each theory. The point that needs to be made here is that whatever our Savior's full name was, it was obviously shortened to "Y'shua". Also, there is simply no possible way that anything longer than Y'shua could have become "ee-ay-soos". There would be too many syllables and sounds left unaccounted for. But in "ee-ay-soos" we can clearly see why it became thus and account for every sound and syllable […]

1.2.2 - Continuing the translation process.... Greek to Latin

Around 400 A.D. the Latin language became the predominate language of Christianity and the Greek versions of the New Testament were translated to Latin. The Latin Bible, or Vulgate as it is called, also transliterated what was left of Yahshua's Greek name by bringing across the same sound of "ee-ay-soos". This was easy, because all of the Greek sounds in this name are also made in Latin. The letters of the Latin alphabet are different from that of Greek but virtually identical to English. The new transliteration of the Greek name "ee-ay-soos" became written as and was identical in pronunciation to the Greek name. This Latin spelling and on-going pronunciation dominated the Christian world for nearly 1,000 years.

1.2.3 - The final translation.... Latin to English

Meanwhile, the English language was still evolving. Before the 12th century, the letter (J) did not exist in the Old English language. The sound the letter (J) makes has never existed in the Hebrew, Aramaic, Greek or Latin languages. This fact is the reason why no person who was contemporary with “Yahshua” could have been able to accurately pronounce the English name “Jesus” which is the fruit of a tampering without name bequeathed to the entire humanity except some few people now aware of it.

Sometime during the early 12th century, (J) began showing up in some obscure dialects of the Middle English language. Over the course of the next 500 years, infatuation with the new sound caused letters like (I) and (Y) in the English language to be replaced by a (J). This was especially true of male names that began with (I) or (Y) because the hard sound was, again, considered more masculine. Names like Iames became "James", Yohan became "John", and so on. During this period, in 1384 John Wycliffe translated the New Testament to English for the first time. His only source was the Latin Vulgate. Wycliffe continued to use the Latin spelling and pronunciation of Iesus. The printing press had not yet been invented and only a few hand-written copies of Wycliffe's Bible were produced. In the 1450's, Gutenburg invented the printing press. Then in 1526 William Tyndale translated the New Testament to the English language from the Latin Vulgate along with the additional help of some ancient Greek manuscripts. Tyndale wanted the Bible translated into the language of the common people and many copies of his translation were printed with the help of the printing press. Tyndale was the first to use the letter (J) in the spelling of the name .

This new spelling in the hands of many marginally-literate English commoners soon became pronounced by the general public as "Jee-zuz". By the 17th century, the letter (J) was officially part of the King's English and in 1611 the most renowned English translation of all, the King James Bible, was put into massive print, complete with pronunciation helps for all proper names including the name of Jesus as we pronounce it today. Every name in the Bible that begins with the letter (J) has come to us this same way. Names like "Jeremiah", "Jerusalem", "Judah", "John" and "Jew" are only a few examples. At no time in history when these people and places were being written about did there exist in their language the sound of the letter (J)!

With the new official English pronunciation of the name "Jee-zuz", the last remaining sound found in the name "Yahshua", (the oo as in "soon" sound), had vanished. Nothing in this name remains recognizable in either the sound or the meaning of the name Yahshua. It should also be pointed out that the word "Christ" is not a name but a title. It is basically a Greek translation of the title Messiah and means "anointed one". So all that is left of the sweet gentle sound of Yahshua the Messiah is the series of phonetically harsh sounds "Jee-zuz Chr-i-st", which no doubt has lent this name to the abuse it has suffered. At one time, I believed the name Jesus Christ is commonly used in cursing because Jesus is his name and Godless men hate it. But in all my research, I have been unable to find one other language in which his name is used in a similar cursing manner. No other language renders the Savior's name with the phonetic harshness as does the English language. One exception would be the near identical way "Christ" in pronounced in French, and interestingly enough, it too is regularly used in cursing! Considering the indisputable fact that for nearly fifteen hundred years after Yahshua walked the earth the world never heard the name "Jesus", I can only conclude that the English version of his name is abused solely because of its harsh sound. You should also remember that the name “Jesus” exists only since a few hundred years and probably solely on our planet earth because I doubt very much that it is known in the Heaven. Click here for more topics on the Empty Name “Jesus”

1.3 - Lord, God vs. Yahweh

In order to raise the believers’ awareness on other relative facts, it important to emphasize here also that alongside our researches we discovered various studies dealing with the authenticity of the names or titles “Lord” and “God”. All these researches are concordant on one fact which is: “These names or titles put in circulation are wrongly translated and inappropriate for the Messiah or The Almighty”. One of the reasons is that never ever did The Almighty reveal Himself even to only a single of His servants under the name of “God” which meaning itself, such that even defined in biblical dictionaries: “something which can be worshiped, idealized or followed”, is pejorative. Pejorative in the sense that the puritans did not admit that there is talk on the Creator of this great universe by having the audacity pretending to designate Him as a “something” or to mingle His personality with idols which are nothing more else than His own creatures. Because such a definition as given above does not exclude that even the image of a supernatural being or an idol may and is fundamentally also a “god”. In the writing, the capital letter “G” or miniscule “g” are used to distinguish between The Almighty of these other idolatries, respectively. Still, it is not possible to distinguish them in the reading or pronunciation and it is here where the name fits on the slope of the evil especially in prayer since not knowing what god one is praying. Worst for humanity would be if The Almighty who they believe to worship does feel been spoken to with the name “God” or “god”. This is most edifying and to realize it one must deepen her/his own research going back to the original holy scriptures, prayers, songs, praises, psalms translated into others languages to be convinced that this name “God” is the subject only of the Gospels’ translators because it did not appear anywhere among His various names such as “Yahweh”, “Elohim”, “Shaddaï”, “Eternal”… thereof used in all those recitals and therefore known to the children of Israel. In fact, the use of following names or titles such as “god”, “lord”, “seigneur”, etc. is a pure transmission of vestiges of the past of the western ecclesiastical, nobility and feudal societies in the same way as were the titles such as “sir”, “king” and others.

Despite the tangible facts exposed above, nevertheless, there is the following reflection: “why is it that the satanic spirits and evil do fear the name “Jesus Christ” if it happens that His real name is Yahshua? The arguments against such an attitude are not lacking but we do not want to concede to the development of such a presumption in this article because its counting shall extend throughout several pages more since it is rather a matter of faith otherwise apprehension, therefore, nothing more than individual’s impression either good or ill-intentioned and are no way manifest facts. We conclude by quoting this passage from the oracles of Zoroaster: “Do not change the names “barbarous” of invocation, for they are Names Divine, having in the Sacred Rites of Power Ineffable!”






Le plus grand canular mondial: Comment le nom « Yahshua » devint le nom vide « Jésus »

Note: Le sujet de cet article est religieux. Veuillez ne pas le considérer si vous n'avez aucun intérêt pour les questions pareilles.

1.1 - Motivation

Il n’y a aucun doute qu’il déconseillé de déformer les noms divins en prière parce qu’une prière n’aura pas la puissance espérée si les noms invoqués des Divins sont corrompus ou pervertis. Un passage des oracles de Zoroastre nous l’apprend clairement : « Ne modifiez pas les noms d’invocation de Barbarous, car ils sont des noms divins ayant dans les rites sacrés de la puissance ineffable. »

Le prophète Jeremiah attirait déjà dans la nuit des temps l’attention sur cette pratique répandue par les prêtres, traducteurs et scribes infidèles qui consistait à retrancher le nom « Yaweh » des Écritures Saintes transmises aux générations futures. C’est donc exactement ce que l’on constate de nos jours en se référant aux diverses traductions faites desdites Écritures Saintes hébraïques en grec, puis en Latin, et enfin en l'anglais.

« Comment pouvez-vous dire; nous sommes sages, Nous connaissons et appliquons la Loi de Yahweh? Voici, la plume mensongère des scribes les a falsifiées et écrit fausses! (Jeremiah 8:8)”

C'est pourquoi, de nos jours, nous avons des noms à consonance stupide comme « Jésus », qui ne font ni l’honneur ni la gloire notre Père céleste Le Très-Haut, car ils contiennent aucune signification et intention primaire.

1.2 - Comment le nom « Yahshua » devint le nom vide « Jésus »


By Scott Nelson

Saviez-vous que si vous pourriez retourner dans le passé au temps des douze Apôtres pour vous adresser à Saint Pierre en lui demandant, « s'il vous plaît, conduisez-moi vers « Jésus Christ », Saint Pierre vous aurait regardé d’un air perplexe au visage en vous répondant à peu près ceci : « Qui, ou qu'est-ce que c’est? » Mieux, d’aucun de ses apôtres non plus et encore moins ceux qui suivirent Le Sauveur sporadiquement n’aurait été capable de prononcer correctement et avec exactitude le nom « Jésus » La vérité est que, si vous remontiez au temps jadis, Saint Pierre aurait probablement pu vous dire quelque chose comme ceci : « Venez, laissez-moi vous présenter Y'shua le Messie. »

Lorsque l’Ange Gabriel est apparu à Marie et lui a dit qu’elle allait accoucher d’un fils et que le nom de l’enfant devrait être… (Luc 1:31), le son phonétique que Marie a entendu sortir des lèvres de l’Ange Gabriel avait la consonance, s’il n’était pas exactement, « Yahushua » prononcé Yah-hoo-shoo'-ah. L’écriture de « Yahushua » en manuscrit hébraïque moderne se caractérise comme et se lit de la droite vers la gauche. Ce nom est composé des deux noms hébreux. Le premier « Yah-hu » fait partie du nom du Tout-Puissant et est communément utilisé comme préfixe ou suffixe dans des noms hébreux. Le deuxième nom « shua » est celui même du Messie et sa signification en hébreu est « délivrance » ou « sauveur ». Ainsi, le nom « Yahushua » signifie littéralement le « Sauveur de Yah ». Il a été abrégé, comme il en est usuellement la pratique des hébreux pour usage quotidien, tout comme le nom « Barbara » est habituellement raccourci par « Barb » (voir le nom parabole), en réduisant les quatre syllabes du nom « Yahushua » à trois syllabes, « Yahshua ». Et toujours encore pour usage quotidien, il fut même encore raccourci pour être orthographié « Y'shua ».

A l’époque contemporaine, pour rendre le nom « Y'shua » plus convivial à l’humanité, des messianiques ont remplacé l'apostrophe par la lettre « e » étant la voyelle de la langue anglaise la moindre prononcée, en lui donnant désormais l’orthographe « Yeshua ». Cette version du nom du Messie est celle que j’ai utilisée pendant un certain temps. Mais parce que la voyelle « e » est presque toujours plus articulée, sonnant comme si l’on commençait à prononcer le mot « yes » et de surcroit la fausse accentuation sur la deuxième syllabe furent les raisons qui m’emmenèrent à décider d’utiliser que le nom correct du Messie qui est « Yahshua ». L’accent doit rester sur le nom du Tout-Puissant, c’est à dire sur la première syllabe.

1.2.1 - Le processus de traduction....de l’hébreu en grec

Depuis la nuit des temps lorsque la rédaction des évangiles était en cours en même temps que l'histoire de « Yahshua le Messie » se répandait dans les nations païennes, surtout en Europe, ladite histoire fut traduite en grec. Il y a deux façons de surmonter la barrière linguistique en traduisant les noms hébreux dans une autre parce qu’ils comportent toujours une signification. Une façon de procéder consiste à traduire purement et simplement le nom proprement dit, en s’axant que sur la signification dudit nom. L'autre méthode qui est la plus courante est appelée la translitération qui consiste à reproduire les sons d’un nom d'un bout à l’autre. Si les traducteurs de l’histoire de l'Evangile avaient procédé ainsi depuis le début jusqu’au temps moderne, alors le nom de « Yahshua » nous aurait était possible de le connaitre aujourd'hui comme étant le "Sauveur de Yah" parce que c'est bien ça ce que signifie son nom authentique.

En ce qui concerne le nom « Y'shua », le monde parlant grec a fait de son mieux pour le translittérer. Habituellement, cela consiste à une procédure relativement simple d’une permutation phonétique des sons constitués par les lettres pour en finir à reproduire les sons originaux identiquement à ceux prononcés dans la langue réceptrice. Généralement, il ne pose pas de problème. Mais dans le cas du nom « Y'shua », il y a eu quatre obstacles à surmonter pour y parvenir à une translitération fidèle en grec :

  1. 1. Les deux premiers provenaient du fait que l'ancienne langue grecque ne contenaient pas deux des sons trouvés dans « Y'shua ». Cela pourrait paraître très surprenant au monde contemporain, mais c’est un fait que l'ancienne langue grecque ne contenait pas le lettre « y » comme dans « yes » et non plus le son « sh » comme dans « show ». La meilleure façon de reproduire « y » fut de composer les deux lettres grecques Iota et Eta pour obtenir un son comme « ee-ay ». Quant au son « sh » il fallait faire usage de la lettre « Sigma » pour obtenir le son « s ». Avec ces deux modifications, « Y'shua », prononcé naturellement par un Grec devient « ee-ay-soo-ah ».

  2. 2. Le troisième obstacle de la translitération du nom « Y'shua » était le fait que traditionnellement les noms masculins grecs ne se terminent jamais par un son vocalique. Et si cela en était le cas, comme ce fut le nom du Messie, alors généralement la lettre Sigma ou « s » est ajoutée comme suffixe. Cette tradition doit son explication probablement dans le fait que le nom du dieu grec « Zeus » se termine par Sigma et s’est répercutée sur les noms bibliques familiers, ce qui explique le fait que Juda devint Judas, Cephah (qui signifie « rocher ») devint Céphas, Apollo est devenu Apollos, Barnabie devint Barnabas, Matthew est devenu Matthias et ainsi de suite. Ainsi, « ee-ay-soo-ah » nécessairement devait devenir « ee-ay-soo-ah-s ».

  3. 3. Le quatrième et dernier obstacle fut que les deux voyelles avant le « s » ne sont pas usuelles sinon ne se rencontrent pratiquement jamais en grec. Par conséquent, le dernier son de la voyelle fut retranché parce qu'il se retrouvait dans d'autres noms. Toutes ces difficultés surmontées d’une manière ou d’une autre conduisirent à orthographier le nom « Y’shua » comme « ee-ay-soos ».

Hormis la tradition qui a consisté à donner un son masculin au nom, voir le 3ème obstacle, ce fut la translitération la plus fidèle que la langue grecque puisse reproduire pour le nom « Y'shua ». Mais il faut souligner que déjà, rien qu’à ce stade, le nom « Y'shua » avait perdu toute sa signification originale et, pire, 75% de son phonétique. Le dernier vestige du son « Y’shua » restait encore dans le son « oo » (comme dans « soon »). Ainsi, Yahshua était connu aux grecs sous le nom de « ee-ay-soos » depuis près de 400 ans. Dans le manuscrit grec, le nom « ee-ay-soos » s’écrit et comme en anglais, est lu de la gauche vers la droite.


Nous n’en sommes pas encore à la fin de cette tragédie ou du film, hélas!

Il y’a une grande divergence entre les différentes écoles de pensée en ce qui concerne la vraie prononciation du nom du Tout-Puissant écrit . Les uns pensent que c’est « Yahu-eh », les autres au contraire suggèrent « Jehovah ». Par conséquent, comme répercussion sur le nom du Messie, il y’a de nombreuses idées différentes sur l’authenticité du nom intégral du Sauveur. Les uns utilisent le (J) et le (O) de « Jehovah » pour en arriver au nom « Joshua ».


Les autres s’en rendant compte que la lettre (J) n’existe pas dans l’alphabet hébraïque le remplacent par la lettre (Y) pour en finir avec le nom « Yeho-shua » et la liste des imaginations est illimitée et longue. Les différences sont multiples et l’on pourrait étaler les discussions relatives des avantages et des inconvénients de chaque théorie sur des pages plus nombreuses que celles que contiendrait une dissertation. Ce qui convient de souligner ici, est que, qu’importe ce que fusse le nom intégral de notre sauveur, celui-ci fut abrégé par « Y'shua ». En plus, il n'y a simplement aucune façon possible qu’une quelconque autre chose plus longue que « Y'shua » aurait pu devenir « ee-ay-soos ». Il y aurait eu trop de syllabes et de sons qui auraient du être retranchés pour donner ce qui nous est connu de nos jours. Mais avec « ee-ay-soos » on peut voir clairement pourquoi et comment on en est arrivé là en tenant compte de chaque son et syllabe […]

1.2.2 - Continuant le processus de traduction.... grec en latin

Vers 400 après Yahshua la langue latine est devenue la langue prédominante du christianisme et les versions grecques du Nouveau Testament ont été traduites en latin. La Bible latine ou Vulgate, comme elle s'appelle, l’a également translitéré en utilisant ce qu'il en restait du nom de « Yahshua » de sa version et de son orthographe grecques, c'est-à-dire, en ne reproduisant que les mêmes sons de « ee-ay-soos ». Cette translitération fut plus facile parce que tous les sons grecs de cette version tripatouillée du nom du Messie se retrouvent dans l’alphabet latin. Certes, les lettres de l'alphabet latin sont différentes de celles du grec, mais pratiquement identiques à celles de l'anglais. Cette nouvelle translitération de « ee-ay-soos » devint et était identique à la prononciation grecque de ladite version grecque. C’est donc cette version latine et sa prononciation qui s’est propagée et dominée dans le monde chrétien pendant presqu’un millénaire.

1.2.3 - La traduction finale.... Latin en anglais

Entre-temps, la langue anglaise était encore en pleine évolution. Avant le 12ème siècle, la lettre (J) n'existait pas encore dans l’ancienne langue anglaise. Le son rendu par la lettre (J) n'a d’ailleurs jamais existé ni en hébreu ni en araméen ni en grec ni non plus en aucune langue latine. C'est donc pour cette raison qu’aucune personne contemporaine à « Yahshua » aurait été capable de prononcer correctement et exactement le nom anglais « Jésus » fruit d’un tripatouillage sans nom, laquelle attitude ne peut être qualifiée autre que du pur satanisme, légué à l’humanité entière à l’exception de ceux qui en prennent maintenant conscience.

Ce n’est donc que tout au long du début du 12ème siècle que la lettre (J) fit son apparition dans quelques obscurs dialectes anglais. Ce ne fut que 500 ans plus tard que l’engouement pour le nouveau son du (J) commença à être utilisé pour en remplacement des sons prononcés par les lettres comme (I) et (Y) dans la langue anglaise. Ceci étant particulièrement vrai pour les noms masculins qui commençaient par (I) ou (Y) parce que le son dur, une fois de plus comme les grecs, devrait être considéré comme plus masculin. Ainsi, les noms tels que « Iames », « Yohan » sont devenus « James » et « John » respectivement, et ainsi de suite. Durant cette période, en 1384 John Wycliffe traduisit le Nouveau Testament en anglais pour la première fois et sa seule source était la Vulgate ou la Bible latine. Quant à Wycliffe, il a continué à utiliser l'orthographe latine et la prononciation de « Iesus ». L’imprimerie n'ayant pas encore été inventée jusque là, fut la raison pour laquelle une reproduction massive n’ait pas eu lieu et l’on se contenta seulement de quelques copies dudit manuscrit de la Bible de Wycliffe. En 1450, Gutenberg inventa l'imprimerie. En 1526 William Tyndale traduisit lui aussi à ton tour le Nouveau Testament en anglais en se basant sur la Vulgate et des aides supplémentaires, en l’occurrence de quelques anciens manuscrits grecs. Mais il faut souligner que sa traduction était faite dans une langue des gens du commun et de nombreux exemplaires furent imprimés grâce à l’imprimerie. Tyndale fut donc le premier à utiliser la lettre (J) dans l'orthographe du nom . Cette nouvelle orthographe, d’ores et déjà, tombée entre les mains de nombreux marginaux alphabètes roturiers anglais, fut bientôt prononcée par le grand public comme « Jee-zuz ». Au 17ème siècle, la lettre (J) fut officiellement introduite dans l’anglais royal puis en 1611 dans la plus célèbre traduction anglaise de tous les temps, la Bible du roi James (King James Bible), qui fut imprimée en quantité industrielle, incluant des aides à la prononciation phonétique de tous les noms propres y compris celui de « Jésus » dans on orthographe actuelle connue au monde contemporain. Ainsi, tout nom dans la Bible commençant par la lettre (J) nous fut légué de cette même façon. Les noms tels que « Jeremiah », « Jérusalem », « Juda », « John » et « juif » ne sont là que quelques exemples. Ces noms propres et noms communs de lieux comme orthographiés ci-dessus n’ont en aucun moment existé dans l'histoire des personnes (les enfants d’Israël) qui n’ont absolument aucune connaissance, ne fusse qu’élémentaire, du son de la lettre (J) dans leur langue! Ceci devrait être vrai et valable de nos jours sauf que ces descendants Turcs, les Juifs Européens se faisant passer pour le peuple élu ne sont en réalité que des « purs » imposteurs qui ne parlent que l’hébreu germanisé, pouvant être tout, sauf la vraie langue hébraïque.

En adoptant cette nouvelle prononciation officielle anglaise du nom « Jee-zuz », le dernier son phonétique, c'est-à-dire, le « oo » comme dans son « soon » dans le nom « Yahshua », encore existant dans sa version grecque, a du lui-aussi à son tour s’envoler comme une balle emportée par le vent. Plus rien donc ne reste de l’original qui puisse être reconnaissable soit par travers le son soit par travers le sens du nom « Yahshua ». Il convient également de souligner que le mot "Christ" n'est pas un nom mais plutôt un titre. Il est foncièrement la traduction grecque du titre « Messie » et signifie le « oint » de Yah. Ainsi, tout ce qu'il reste du doux et suave son de « Yahshua le Messie » est une série phonétique de sons durs dans "Jee-zuz Chr-i-st", incontestablement habillé d’un manteau lui prêtant les abus dont il en résulte et subi.

En un moment donné, j’ai même pensé que le nom « Jésus Christ » serait couramment utilisé pour la malédiction parce qu’il est le plus détesté de tous les noms sur terre par les malfaisants et leur cohorte de païens. Mais dans toutes mes recherches, j'ai été incapable de trouver une autre langue dans laquelle il serait similaire à la malédiction. Cependant, une chose est certaine, aucune autre langue n’a rendu le nom du Sauveur phonétiquement plus acerbe comme l’a fait l’anglais. Une exception serait la quasi identique façon de prononcer « Christ » en français et il est intéressant de noter qu’il est aussi singulièrement utilisé pour des effets maléfiques! Considérant le fait incontestable que pendant presque quinze siècles, soit 1500 ans, après son administration sur terre, l’on ne l’avait jamais connu ni sous ce nom « Jésus » ni même l’avoir entendu, je ne peux conclure en disant que la version anglaise du nom du Messie est, entre autres, particulièrement abusif rien qu’en raison des âpres sons phonétiques qu’elle lui confère. Sachez aussi que le nom « Jésus » n'existe que seulement depuis quelques centaines d'années probablement que sur cette planète terre car j’en doute fort bien qu’il soit connu dans les cieux ou ailleurs. Cliquez ici pour lire d’autres contributions sur le nom vide "Jésus"

1.3 - Seigneur, Dieu vs. Yahweh

Dans le souci d’attirer l’attention des croyants sur d’autres faits relatifs, il est notable de souligner ici aussi que, tout au long de nos recherches nous avons découvert diverses sources traitant l’authenticité des noms ou titres « seigneur » et « Dieu ». Toutes ces études sont concordantes sur un fait qui est que « Ces noms ou titres divulgués sont des mauvaises traductions et inappropriées pour le Messie ou le Tout-Puissant. » Une des raisons est que jamais, au plus grand jamais le Tout-puissant se soit révélé lui-même, ne serait-ce qu’à un seul de ses serviteurs, sous le nom de « Dieu » dont le sens en lui-même, tel que définit, même dans les dictionnaires bibliques : « quelque chose qui est vénérée, idéalisée ou suivie », est péjoratif. Péjoratif en ce sens que les puritains n’admettent pas que l’on parle du Créateur de ce grand univers en ayant l’audace de vouloir le désigner comme une « quelque chose » ou le confondre aux idoles qui sont rien d’autres de plus que ses propres œuvres. Car une pareille définition comme ci-dessus n’exclut pas que même l'image d'un être surnaturel ou une idole peut et est foncièrement aussi un « dieu ». Dans l’écrit, la lettre « D » majuscule ou « d » minuscule sont utilisées pour distinguer le Tout-puissant de ces autres les idoles, respectivement. N’empêche pas qu’il ne soit pas possible de les distinguer dans la lecture ou en prononciation et c’est ça là où ce nom se glisse sur la pente du mal surtout en prière puisque ne sachant pas quel « Dieu » ou « dieu » l’on prie. Pire pour l’humanité serait que si le Tout-puissant que les humains croiraient adorer, ne réagisse pas à ce nom « Dieu » ou « dieu ». Cela est plus édifiant et pour s’en rendre compte, il faut approfondir ses propres recherches en remontant aux écritures saintes, prières, chants, louanges, psaumes originaux traduits dans les autres langues pour s’en apercevoir que ce nom « Dieu » fait l’objet uniquement des traducteurs des Evangiles car il n’apparait nulle part parmi ses différentes appellations comme « Yahweh », « Elohim », « Shaddaï », « Éternel »… ceux-ci utilisés dans les divers récits et donc connus des enfants d'Israël. En effet, l'usage des noms ou titres comme « dieu », « seigneur », etc. est une pure transmission des vestiges du passé des sociétés ecclésiastiques, nobles et féodales occidentales au même titre qu’étaient et sont « sir », « roi » et autres.

En dépit des faits palpables ci-dessus exposés, il existe néanmoins la réflexion suivante: « Pourquoi est-ce que les esprits sataniques et malfaisants craignent-ils le nom « Jésus Christ » s’il s’avère que son véritable nom est Yahshua? » Les argumentations contre ce raisonnement ne font pas défaut mais nous ne voulons pas concéder au développement d’une telle présomption dans cet article parce que son dépouillement s’étendra au long des pages entières puisqu’il s’agit là plutôt de la foi sinon d’une appréhension donc rien de plus que d’impression d’individus bien ou mal intentionnés et non des faits manifestes. Nous concluons en citant ce passage des oracles de Zoroastre : « Ne changez pas les noms « Barbarous » d'invocation, car ils sont des noms divins, ayant dans les rites sacrés de la Puissance ineffable! »



Your PanAfrican Radio Team
config.locale_all is missing in the typoscript

to top