Jump to Top .

Who were the biblical Black Jews?
Qui étaient les Juifs Noirs bibliques?

Dura-Europos Synagogue painting: Moses and the Hebrews crossing the Red Sea, pursued by Pharaoh: 303 B.C. - 256 A.D.
Peinture de la Synagogue de Dura-Europos : Moïse et les Hébreux traversant la Mer Rouge, poursuivis par le Pharaon : 303 av. J.C. - 256 apr. J.C.

Note on "Who were the biblical Black Jews?"


With this article, we want for now partially close these series of articles aimed to prove that Jesus Christ and his Disciples, the first Saints, Martyrs and Prophets as well as the biblical Jews were “Blacks” Africans. We believe that the previous 3 articles: part I and Part II of “Are there any African Saints & Angels” and “The real face of Christ” have exposed enough irrefutable proofs on this very topic.

In this one, we are bringing an historical testimony on the origin of the biblical Black Jews. The accurate side of this historical text is twofold:
1. Cornelius Tacitus (56-118 A.D.) was a real roman historian as opposed to the contemporary charlatans who puke their fables from their offices and laboratories through deductive analyses without a single field research.
2. Cornelius Tacitus was himself eyewitness when Titus Caesar, was about to complete the subjugation of Judaea.

It should be point out that in those times (long before and after Christ till the history period and passing through the prehistory) Africans were spread both in Europe (western and eastern) and Asia. For example, Colchis (circa 440 B.C.), the modern country of Georgia in the Caucasus region of the former Soviet Union, was the location of one of the oldest Black Kingdoms in Europe, see “Herodotus on Colchis”. Hence, the fugitives from the Island of Crete as mentioned in the text below and other references to European countries does not compulsory mean that these populations were Caucasians.

Finally, it must be notified that Tacitus did not allude a single time a Mesopotamian (as the majority of the inhabitants were Caucasians) and/or a Caucasian origin of the biblical Jews. The Caucasian Jew as known are simply impostors, saying that Abraham, the ancestor of the Jews migrated with his family of 70 members from Mesopotamia to Kamita (ancient Egypt) or like. Nevertheless, let’s assume that the migration took place or the Tacitus’ historical version is false. Even in the case on can assert without been wrong that Abraham and his family were Blacks because Tacitus was comparing Those Jews with Egyptians who were also Blacks. After Tacitus many Historian like Herodotus, called the father of the History (480? To 425 B.C.), gave proof from the first hand and eyewitness testimonies on this matter.

The Roman historian Cornelius Tacitus (56-118 A.D.) had these thoughts on the origins and customs of the Hebrews, as the Romans prepared to destroy Jerusalem.

This is in the context of Titus Caesar, who had been selected by his father to complete the subjugation of Judaea.

Tacitus : History Book 5

1. EARLY in this year Titus Caesar, who had been selected by his father to complete the subjugation of Judaea, and who had gained distinction as a soldier while both were still subjects, began to rise in power and reputation, as armies and provinces emulated each other in their attachment to him. The young man himself, anxious to be thought superior to his station, was ever displaying his gracefulness and his energy in war. By his courtesy and affability he called forth a willing obedience, and he often mixed with the common soldiers, while working or marching, without impairing his dignity as general. He found in Judaea three legions, the 5th, the 10th, and the 15th, all old troops of Vespasian's. To these he added the 12th from Syria, and some men belonging to the 18th and 3rd, whom he had withdrawn from Alexandria. This force was accompanied by twenty cohorts of allied troops and eight squadrons of cavalry, by the two kings Agrippa and Sohemus, by the auxiliary forces of king Antiochus, by a strong contingent of Arabs, who hated the Jews with the usual hatred of neighbours, and, lastly, by many persons brought from the capital and from Italy by private hopes of securing the yet unengaged affections of the Prince. With this force Titus entered the enemy's territory, preserving strict order on his march, reconnoitring every spot, and always ready to give battle. At last he encamped near Jerusalem.

2. As I am about to relate the last days of a famous city, it seems appropriate to throw some light on its origin. Some say that the Jews were fugitives from the island of Crete, who settled on the nearest coast of Africa about the time when Saturn was driven from his throne by the power of Jupiter. Evidence of this is sought in the name. There is a famous mountain in Crete called Ida; the neighbouring tribe, the Idaei, came to be called Judaei by a barbarous lengthening of the national name. Others assert that in the reign of Isis the overflowing population of Egypt, led by Hierosolymus and Judas, discharged itself into the neighbouring countries. Many, again, say that they were a race of Ethiopian origin, who in the time of king Cepheus were driven by fear and hatred of their neighbours to seek a new dwelling-place. Others describe them as an Assyrian horde who, not having sufficient territory, took possession of part of Egypt, and founded cities of their own in what is called the Hebrew country, lying on the borders of Syria. Others, again, assign a very distinguished origin to the Jews, alleging that they were the Solymi, a nation celebrated in the poems of Homer, who called the city which they founded Hierosolyma after their own name.

3. Most writers, however, agree in stating that once a disease, which horribly disfigured the body, broke out over Egypt; that king Bocchoris, seeking a remedy, consulted the oracle of Hammon, and was bidden to cleanse his realm, and to convey into some foreign land this race detested by the gods. The people, who had been collected after diligent search, finding themselves left in a desert, sat for the most part in a stupor of grief, till one of the exiles, Moyses by name, warned them not to look for any relief from God or man, forsaken as they were of both, but to trust to themselves, taking for their heaven-sent leader that man who should first help them to be quit of their present misery. They agreed, and in utter ignorance began to advance at random. Nothing, however, distressed them so much as the scarcity of water, and they had sunk ready to perish in all directions over the plain, when a herd of wild asses was seen to retire from their pasture to a rock shaded by trees. Moyses followed them, and, guided by the appearance of a grassy spot, discovered an abundant spring of water. This furnished relief. After a continuous journey for six days, on the seventh they possessed themselves of a country, from which they expelled the inhabitants, and in which they founded a city and a temple.

4. Moyses, wishing to secure for the future his authority over the nation, gave them a novel form of worship, opposed to all that is practised by other men. Things sacred with us, with them have no sanctity, while they allow what with us is forbidden. In their holy place they have consecrated an image of the animal by whose guidance they found deliverance from their long and thirsty wanderings. They slay the ram, seemingly in derision of Hammon, and they sacrifice the ox, because the Egyptians worship it as Apis. They abstain from swine's flesh, in consideration of what they suffered when they were infected by the leprosy to which this animal is liable. By their frequent fasts they still bear witness to the long hunger of former days, and the Jewish bread, made without leaven, is retained as a memorial of their hurried seizure of corn. We are told that the rest of the seventh day was adopted, because this day brought with it a termination of their toils; after a while the charm of indolence beguilded them into giving up the seventh year also to inaction. But others say that it is an observance in honour of Saturn, either from the primitive elements of their faith having been transmitted from the Idaei, who are said to have shared the flight of that God, and to have founded the race, or from the circumstance that of the seven stars which rule the destinies of men Saturn moves in the highest orbit and with the mightiest power, and that many of the heavenly bodies complete their revolutions and courses in multiples of seven.

5. This worship, however introduced, is upheld by its antiquity; all their other customs, which are at once perverse and disgusting, owe their strength to their very badness. The most degraded out of other races, scorning their national beliefs, brought to them their contributions and presents. This augmented the wealth of the Jews, as also did the fact, that among themselves they are inflexibly honest and ever ready to shew compassion, though they regard the rest of mankind with all the hatred of enemies. They sit apart at meals, they sleep apart, and though, as a nation, they are singularly prone to lust, they abstain from intercourse with foreign women; among themselves nothing is unlawful. Circumcision was adopted by them as a mark of difference from other men. Those who come over to their religion adopt the practice, and have this lesson first instilled into them, to despise all gods, to disown their country, and set at nought parents, children, and brethren. Still they provide for the increase of their numbers. It is a crime among them to kill any newly-born infant. They hold that the souls of all who perish in battle or by the hands of the executioner are immortal. Hence a passion for propagating their race and a contempt for death. They are wont to bury rather than to burn their dead, following in this the Egyptian custom; they bestow the same care on the dead, and they hold the same belief about the lower world. Quite different is their faith about things divine. The Egyptians worship many animals and images of monstrous form; the Jews have purely mental conceptions of Deity, as one in essence. They call those profane who make representations of God in human shape out of perishable materials. They believe that Being to be supreme and eternal, neither capable of representation, nor of decay. They therefore do not allow any images to stand in their cities, much less in their temples. This flattery is not paid to their kings, nor this honour to our Emperors. From the fact, however, that their priests used to chant to the music of flutes and cymbals, and to wear garlands of ivy, and that a golden vine was found in the temple, some have thought that they worshipped father Liber, the conqueror of the East, though their institutions do not by any means harmonize with the theory; for Liber established a festive and cheerful worship, while the Jewish religion is tasteless and mean.

Reflection on chapter 3

By prudence while wanting to avoid that following analyzes are the stumbling block to the belief of Christians, we emphasize here that these reflections are in no way and do absolutely have the objective of discretion of the Bible in its entirety.

The Pan African Radio Research Team (PRRT) does neither reject nor have any intention blaspheming against the Holy Scriptures which were bequeathed to the humanity by the Holy fathers, Martyrs and prophets of the Church of Christ, and which somehow constitute the sources of the Bible. However, it is worthy to note, with evidence in the hand, that the various versions of the Bible, which are published for the common people, have undergone some many fiddles by those societies which hold secret the aforementioned documents and original manuscripts. Thus, this unfair act and spite constitute the major obstacle that the believers who search Spirituality and Faith. Our criticisms go only against these attitudes which will not cease us denouncing with any austerity and strength.
Our following approach is purely analytical basing itself on historical, anthropological and scientific data, in order to throw the light on the biblical passages which we consider erroneous and knowingly falsified to serve the interests of the enemies of God whose name they use lie the world:

1 - The epidemic of which it is question in the account above of Tacitus, could, on our opinion, correspond to the ten wounds that God inflicted to the Egyptian people to require the release of the children of Israel, Exodus 7-11.

2 - The expulsion and the stay of this population in the desert approach the 40 years of wandering of the Hebrews in the desert, Exodus 16-40.

3 - Contrary to the Exodus 1:1 the Jews did not enter Egypt with Jacob and the family of each one and then being enslaved during 483 years. But they were rather an Egyptian population which on ordinance of King Bocchoris following the aforementioned epidemic was expelled in the desert. The biblical version is contradicted more and more as well with current knowledge of both the history and the anthropology:
3.1 - On the historical level, we had quoted in our precedents articles some examples which we take again briefly here. On the one hand, the contemporary historians in good faith allot a black African origin to the Middle East (Egypt, Canaan, Palestine, Judea, Galileo, Jerusalem, etc) and even to Saudi Arabia which they call “Black Arabia”. On the other hand, Prof Shlomo Sand, who we quoted readily in our articles, has in his book [1] proved that the Caucasian Jewish nation is a pure invention.
3.2 - On the scientific level, well proven anthropologists carried out deepened excavations in the places of the desert as mentioned in the Bible and other documentations, and supposed to be the places where the Jews would have sojourned. But until now no lucky find bones was possible. Then, in front of this situation, there are two possible deductions:
3.2.1 - The bones of those which died in the desert were carried to Heaven as that was the case of the Prophet Elijah who was carried away in a chariot. But this possibility proves to be impossible because God will not allow that the bones of the sinners like are the human ones are carried to his holy residence and less for those which adored the cow gilded at the bottom of the Sinai from which thousands perished in only one day.
3.2.2 - There was no exodus of the Hebrews in the shape of the biblical version

4 - This source of water which Moyses discovered in the desert corresponds that of water of Mara, Exodus 15:22. By comparing the account above of Tacitus with the biblical texts, one realizes of it easily that the chronology of the reported facts is agreed. But it is not only that, one will also notice that in both cases the very first activity of Moyses in the desert was the discovery of water of Mara.

5 - The various wars that the Hebrew people carried out against the inhabitants of the territories which they have thereafter occupied, as told in the Bible, one of them is evoked in the account of Tacitus.

6 - One finds the traces of the totemism which was specific to the African people during long time since antiquity. Historians stipulate besides that this worship of totemism constituted the imperative reason of the decline and the fall of Egypt following the various attempts at invasions because the various tribes had different totems what made them psychically enemies. Thus, the unit necessary to defend their country against the invaders was completely non-existent.


References [1] Shlomo Sand, The Invention of the Jewish People (2008); Arthur Koestler, The Thirteenth Tribe: The Khazar Empire and Its Heritage (1976).
[2] Dr. Wesley Muhammad is an Historian of Religion who earned a Bachelor’s degree (1994) in Religious Studies from Morehouse College and a Master’s degree (2003) and Doctorate (2008) in Islamic Studies from the University of Michigan. He has authored several scholarly studies on the Teachings, including “The Truth of God: The Bible, The Qur’an and the Secret of the Black God” as well as “Black Arabia and the African Origin of Islam.” http://realhistoryww.com/world_history/ancient/Misc/Jesus/Jesus.htm




Qui étaient les Juifs Noirs bibliques?

Note sur "Qui étaient les Juifs Noirs bibliques?"


Avec cet article, nous voulons pour l'instant partiellement clore cette série destinée à montrer que Jésus Christ et ses disciples, les premiers Saints, les Martyres et les Prophètes aussi bien que les Juifs bibliques étaient des Africains « noirs ». Car nous croyons que les 3 articles précédents : la partie I et la partie II de «Y’a-t-il des Saints et Anges Africain» et «le vrai visage du Christ» ont exposé assez de preuves irréfutables sur ce sujet.

Dans celui-ci, nous apportons un témoignage historique sur l'origine des Juifs Noirs bibliques. Le côté précis de ce texte historique est double :
1. Cornelius Tacitus (56-118 av. J.C.) était un vrai historien romain contrairement aux charlatans contemporains qui vomissent leurs fables de leurs bureaux et laboratoires par des analyses déductives sans aucune recherche du terrain.
2. Cornelius Tacitus était lui-même témoin oculaire quand Titus Caesar, était sur le point de lancer l’assaut final pour l'assujettissement de la Judée.

Il faut souligner que dans l’antiquité (longtemps avant et après le Christ jusqu'à la période de l'histoire et en passant par la préhistoire) les Africains étaient éparpillés partout en Europe (occidentale et orientale) et en Asie. Par exemple, Colchis (vers 440 av. J.C.), devenu la Géorgie dans la région Caucasienne de l'ex-Union soviétique, était l'emplacement d'un des royaumes noirs les plus anciens en Europe, voir « Herodotus sur Colchis ». Par conséquent, les fugitifs de l'île de Crète, comme mentionné dans le texte ci-dessous et d'autres références relatives aux pays européens, ne devrait aucunement faire supposer qu’il s’agissait de population Caucasienne.

Finalement, il faut aussi indiquer que Tacitus en aucun moment fit allusion à une probable origine mésopotamienne et/ou caucasienne des Juifs bibliques. Les Juifs Caucasiens, tels que connus de nos jours, ne sont rien d’autre que des simples imposteurs, en racontant qu'Abraham, l'ancêtre des Juifs aurait immigré avec sa famille de 70 membres de la Mésopotamie (puisque majoritairement blanche) à Kamita (Egypte antique). Néanmoins, à supposer ladite migration ait eu lieu ou la version de l’histoire de Tacitus soit fausse. Même dans ce cas précis l’on peut affirmer sans erreur qu'Abraham et sa famille étaient des noirs parce que Tacitus comparait ces Juifs de son temps aux Egyptiens qui étaient également des noirs. Après Tacitus un grand nombre d’historiens de bonne foi tel qu’Herodotus, appelé le père de l'histoire (de 480? au 425 av. J.C.), a fourni des preuves de première main et des témoignages oculaires sur la question.

L'historien romain Cornelius Tacitus (56-118 av. J.C.) a écrit les récits sur les origines et les coutumes des Hébreux, lorsque que les Romains s’apprêtaient à détruire la Judée.

Ce fut au moment où Titus Caesar avait été choisi par son père pour lancer l’assaut final dans la guerre d'assujettissement de Jérusalem..

Tacitus : History Book 5

1. Au début de l’année, Titus Caesar, qui avait été choisi par son père pour lancer l’assaut final dans la guerre d'assujettissement de la Judée, et qui avait gagné la distinction en tant que soldat alors qu’ils furent tous deux encore des sujets, commença à devenir puissant et à gagner de réputation, lorsque les armées et les provinces se fusionnées ave son attachement militaire. Le jeune homme lui-même, soucieux d'être considéré supérieur à sa station, étalait plus que jamais sa survaleur et son énergie dans la guerre. Par sa courtoisie et son affabilité il se soumettra volontiers dorénavant à une obéissance, et il s'est souvent mélangé aux soldats communs, dans le travail ou la marche, sans altérer sa dignité en tant que général. Il a trouvé dans la Judée trois légions : la 5ème, la 10ème, et la 15ème, toutes les vieilles troupes de Vespasian. À ces dernières il a ajouté la 12ème de la Syrie, et quelques hommes appartenant à la 18ème et à la 3ème, qu'il avait retirés d'Alexandrie. Cette force militaire fut accompagnée de vingt cohortes de troupes alliées et de huit escadrons de cavalerie, des deux Rois Agrippa et Sohemus, des forces auxiliaires du Roi Antiochus, d'un contingent fort d’Arabes, qui ont détesté les Juifs avec la haine habituelle des voisins, et, pour finir, de beaucoup de personnes amenées de la capitale et d'Italie par des gardes privés de la sécurité du Prince qui ne fut pas encore engagé par l’affection. Avec cette force Titus est entré sur le territoire de l'ennemi, préservant l'ordre strict sur sa marche, reconnaissant chaque tâche, et toujours prêt à lancer l’assaut. Finalement, il a campé près de Jérusalem.

2. Puisque je suis sur le point de rapporter les derniers jours d'une ville célèbre, il semble approprié de jeter une certaine lumière sur son origine. Certains indiquent que les Juifs étaient des fugitifs de l'île de Crète, qui est située sur la côte proche de l'Afrique au temps où Saturn a été découronné par la puissance de Jupiter. Les preuves de cette version sont cherchées dans le nom. Il y eu une montagne célèbre en Crète appelé Ida ; la tribu voisine, l'Idaei, était appelée Judée par un rallongement « barbare » du nom national. D'autres affirment que lors du règne d'Isis la population débordante de l'Egypte, menée par Hierosolymus et Judas, s'est déverseé dans les pays voisins. Nombreux sont encore ceux qui évoquent qu'une population d'origine éthiopienne, laquelle lors du règne du Roi Cepheus, a été expatriée par crainte et haine de leurs voisins, amena les apatrides à se trouver un nouveau territoire. D'autres les décrivent comme une horde assyrienne qui, n'ayant pas de territoire suffisant dans leur propre pays, a pris la possession d’une partie de la région de l'Egypte, et y ont fondé par leur propres moyens des villes qu’ils appelèrent le pays Hébreu, se trouvant aux frontières de la Syrie. D'autres aussi assignent une origine très distinguée aux Juifs, alléguant qu'ils étaient les Solymi, une nation illustrée dans les poèmes de Homer, qui a appelé la ville qu'ils ont fondée Hierosolyma d’après leur propre nom.

3. Cependant, la majorité des auteurs, conviennent que jadis une épidémie qui a sévi en Egypte défigurait terriblement le corps; Ainsi, le Roi Bocchoris, y cherchant un remède, a consulté l'oracle de Hammon. L’oraison recommanda donc au roi de que purifier sinon nettoyer son royaume, et pour cela, il lui fallait expulser dans un pays étranger hors d’Egypte, cette population qui deviendra plus tard le peuple Juif Noir, parce qu’elle était détestée par leurs dieux. Les personnes, qui avaient été choisies après que diligence soit faite, se retrouvèrent dans un désert, abandonnées et reposaient pour la plupart dans une stupeur de peine, jusqu'à ce qu’un des exilés, du nom de Moise, les conseilla de ne pas rechercher tout soulagement d’un quelconque dieu ou homme, mais d’apprendre à compter sur leur propre force et faire confiance à eux-mêmes, tout en se basant sur le conseil providentiel : « aides-toi et Dieu t’aidera » afin de pourvoir sortir de cette misère actuelle à laquelle ils y étaient plongés. Ils ont abondé dans son sens, et dans l'ignorance totale cette population commença à s’aventurier dans le désert. Cependant, rien ne les affligea pas plus que le manque d'eau, et alors qu’ils étaient tous sur le point de périr quelque soit la direction qu’il aurait prise, ils aperçurent comme miraculeusement un troupeau de culs sauvages retiré de leur pâturage à une roche ombragée par des arbres. Moise l’a suivi, et guidé par quelques traces herbeuses, a découvert un ressort abondant d'eau. Ce fut donc enfin le soulagement. Après un voyage continu de six jours, au septième ils se sont emparé d'un pays en expulsant les habitants, et ils y fondèrent une ville et un temple.

4. Moise, souhaitant dans l'avenir garantir son autorité sur la nation, leur a donné une forme nouvelle de culte, opposée à tout ce qui était pratiquée dans les pays voisins. Les choses sacrées pour nous, n'ont aucune sainteté pour eux, et ce qu’ils (les voisins) admettent sont nos totems. Dans leur lieu saint ils ont consacré une image de l'animal dont ils ont reçus les conseils pour leur délivrance lors de leur longue et assoiffée aventure dans le désert. Ils massacrent le bélier, apparemment dans la dérision de l’oracle Hammon qui fut la cause de leur expulsion de l’Egypte, et ils sacrifient le boeuf, parce que les Egyptiens l'adoraient comme API. Ils s'abstiennent de la viande de porc, compte tenu de ce qu'ils ont souffert quand ils ont été infectés par la lèpre à laquelle cet animal est exposé. Ils témoignent toujours par leur fréquent jeûne de la longue faim d'antan, et le pain juif, fait sans levain, est maintenu comme en mémoire de leur alimentation pressée du maïs. On nous raconte que le repos au septième jour a été adopté, parce que ce fut le jour de pause dans leurs labeurs ; après un certain temps le charme de la paresse les séduisit à décréter la septième année également à l'inaction. Mais d'autres indiquent que c'est une observance en l'honneur de Saturn, comme un de leurs cultes primitifs de leur foi qui fuit transmis de l'Idaei, dont on attribue la légende d’avoir partagé l’envol avec leur Dieu, et a crée ce peuple, partant de la circonstance que, des sept étoiles qui gouvernent la destinée humaine, Saturn est celle qui se déplace avec la plus puissante force au point le plus culminant du système orbital, et que plusieurs corps célestes accomplissent leurs révolutions et courses en multiples de sept.

5. Ce culte, tel que présenté, est confirmé par son antiquité ; toutes leurs autres coutumes, qui furent jadis perverses et répugnantes, doivent leur force à leur inflexibilité. Même étant plus dégradées dans d’autres nations, dédaignant leurs croyances nationales, elles leur ont apporté leurs contributions et des cadeaux, Ce qui contribua à la richesse des Juifs ; à celle-ci s’ajoute le fait que, parmi eux-mêmes ils sont inflexiblement honnêtes et toujours prêts à afficher une compassion, bien qu'ils regardent le reste de l'humanité avec toute la haine digne des ennemis. Ils s'asseyent à part aux repas, ils dorment à part, et cependant, comme une nation, ils sont enclin de convoitises singulières, ils s'abstiennent des rapports avec les femmes étrangères ; mais entre eux-mêmes rien n'est illégal. La circoncision a été adoptée par eux comme marque de différence d'avec les autres hommes. Ceux qui se convertissent à leur religion adoptent cette pratique, et reçoivent tout d’abord cette leçon inculquée en eux, à dédaigner tous les dieux, à désavouer leur pays, et accordent une importance insignifiante aux parents, aux enfants, et aux frères. Ils pourvoient toujours à l'augmentation de leur population. C'est un crime parmi eux de tuer n'importe quel nourrisson. Ils soutiennent que les âmes de tous ceux qui périssent dans la bataille ou par les mains du bourreau sont immortelles. Par conséquent, ils ont une passion de propager leur race et un mépris pour la mort. Ils ont l’habitude d’enterrer plutôt que de brûler leurs morts, similaire à la coutume égyptienne ; ils accordent le même soin aux morts, et croient au séjour des morts. Très différente est leur foi au sujet des choses divines. Les Egyptiens adorent beaucoup d'animaux et d'images de forme monstrueuse ; les Juifs ont des conceptions purement mentales de divinité, en tant qu'une entité par essence (le monothéisme ?). Ils appellent profanes ceux qui font des représentations de Dieu dans la forme humaine à partir de matériaux périssables. Ils croient que l’être humain est suprême et éternel, ne pourrait être l’objectif ni d’une représentation, ni de délabrement. Pour cette raison, Ils n’admettent aucune image dans leurs villes, encore moins dans leurs temples. Cette flatterie ne concède ni à leurs rois, ni à l’honneur à nos empereurs. Même si leurs prêtres sont habitués à jouer de la flûte et des cymbales, et à porter des guirlandes de lierre, et qu’une vigne d'or ait été trouvée dans le temple, certains ont pensé qu'ils ont adoré le père Liber, le conquérant de l'Est, bien que leurs institutions harmonisent d'aucune manière avec la théorie, pour un culte de fête et de gaieté pour vénérer Liber, parce que la religion juive est insipide et sincère.

Réflexion sur le chapitre 3

Par prudence tout en voulant éviter que nos analyses ci-suivantes ne soient point la pierre d’achoppement à la croyance des Chrétiens, nous soulignons ici que ces réflexions ne font nullement et absolument point l’object de discrétion de la Bible dans sa totalité.

Le Pan African Radio Research Team (PRRT) ne rejette pas et n’a aucune intention de blasphémer contre les Ecritures Saintes qui furent léguées à l’humanité par les pères Saints, Martyres et prophètes de l’Eglise du Christ, et qui constituent les sources de la Bible. Cependant, il est fort de constater, avec preuves à l’appui, que les diverses versions des bibles qui sont éditées pour le commun des vivants ont fait l’objet de tripatouillages par des individus qui tiennent secrets lesdits documents et manuscrits originaux. Ainsi, cet acte de malveillance et méchanceté constituent l’obstacle majeur auquel les croyants qui recherchent la Spiritualité et la Foi, sont confrontés. Les critiques se portent uniquement contre ces attitudes que nous ne cesseront de dénoncer avec toute rigueur et vigueur.

Notre démarche suivante est purement analytique se basant sur des données historiques, anthropologiques et scientifiques, pour jeter la lumière sur les passages bibliques que nous considérons erronées car sciemment falsifiés pour servir les intérêts des ennemis de Dieu dont ils utilisent le nom pour mentir le monde.

1 - L’épidémie dont il est question dans le récit ci-dessus de Tacitus, pourrait, à notre avis, correspondre aux dix plaies que Dieu infligea au peuple Egyptien pour exiger la libération des enfants d’Israel, Exode 7-11.

2 - L’expulsion et le séjour de cette population dans le désert se rapproche des 40 ans d’errance des Hébreux dans le désert, Exode 16-40.

3 - Contrairement à l’Exode 1:1 les Juifs ne sont pas rentrés en Egypte avec Jacob et la famille de chacun pour ensuite être asservis pendant 483 ans. Mais ils étaient plutôt une population Egyptienne laquelle sur ordonnance du Roi Bocchoris à la suite de ladite épidémie a été expulsée dans le désert. La version biblique est de plus en plus contredite aussi bien avec les connaissances actuelles de l’histoire et de l’anthropologie.
3.1 - Sur le plan historique, nous avions cité dans nos précédents articles quelques exemples que nous reprenons brièvement ici. D’une part, les historiens contemporains de bonne foi attribuent une origine africaine noire du Moyen-Orient (Egypte, Canaan, Palestine, Judée, Galilée, Jérusalem, etc.) et même de l’Arabie Saoudit qu’ils appellent « Black Arabia ». D’autre part, le prof. Shlomo Sand, de l'université de Tel-Aviv, lequel nous citons volontiers dans nos articles, a dans son livre [1] prouvé que le nation Juive Caucasienne est une pure invention.
3.1 - Sur le plan scientifique, des anthropologues bien avérés ont menés des fouilles approfondies dans les endroits du désert comme mentionnés dans la Bible et autres documentations, et supposés être les lieux où les Juifs auraient séjourné. Mais jusqu’à présent aucune trouvaille d’ossements fut possible. Alors, devant cette situation il y’a deux déductions possibles :
3.1.1 - Les ossements de ceux qui sont morts dans le désert furent emportés au Ciel comme cela fut le cas du Prophète Elijah qui fut emporté dans un charriot. Mais ce cas s’avère impossible parce que Dieu ne permettra pas que les ossements des pécheurs comme les sont les humains soient emportés dans sa demeure sainte et moins encore de ceux qui adorèrent la vache dorée au pied du Sinai dont des milliers périrent en un seul jour. 3.1.2 - Il n’y a pas eu d’exode des Hébreux dans sa forme biblique.

4 - Cette source d’eau que Moise a découverte dans le désert correspond celle des eaux de Mara, Exode 15:22. En comparant le récit ci-dessus de Tacitus aux textes bibliques, l’on s’en aperçoit aisément que la chronologie des faits relatés se concorde. Mais ce n’est pas seulement ca, l’on remarquera aussi que dans les deux cas la toute première activité de Moise dans le désert fut la découverte des eaux de Mara.

5 - Les diverses guerres menées par le peuple hébreux contre les habitants de la région pour occuper leurs territoires, telles que racontées dans la Bible, une d’elles est évoquée dans le récit de Tacitus.

6 - On retrouve les traces du totémisme qui fut spécifique qu’aux peuples africains pendant bien longtemps depuis l’antiquité. Des historiens stipulent d’ailleurs que ce culte de totémisme a constitué la cause majeure du déclin et de la chute de l’Egypte à la suite des différentes tentatives d’invasions parce que les différentes tribus avaient des totems différents faisant d’eux psychiquement des ennemis. Ainsi, l’unité nécessaire pour défendre leur pays vis-à-vis des envahisseurs était complètement inexistante.


References

[1] Shlomo Sand, The Invention of the Jewish People (2008); Arthur Koestler, The Thirteenth Tribe: The Khazar Empire and Its Heritage (1976).
[2] Dr. Wesley Muhammad is an Historian of Religion who earned a Bachelor’s degree (1994) in Religious Studies from Morehouse College and a Master’s degree (2003) and Doctorate (2008) in Islamic Studies from the University of Michigan. He has authored several scholarly studies on the Teachings, including “The Truth of God: The Bible, The Qur’an and the Secret of the Black God” as well as “Black Arabia and the African Origin of Islam.” http://realhistoryww.com/world_history/ancient/Misc/Jesus/Jesus.htm

Your PanAfrican Radio Team
config.locale_all is missing in the typoscript

to top