Jump to Top .

Say No to Africom + The Master as “Guest”: The U.S. Military Swarms Over Africa

Say No to Africom

by Danny Glover & Nicole C. Lee

This article originally appeared in The Nation.

"Africom is a dangerous continuation of US military expansion around the globe."

Say No To Africom - Stop Africom

With little scrutiny from Democrats in Congress and nary a whimper of protest from the liberal establishment, the United States will soon establish permanent military bases in sub-Saharan Africa. An alarming step forward in the militarization of the African continent, the US Africa Command (Africom) will oversee all US military and security interests throughout the region, excluding Egypt. Africom is set to launch by September 2008 and the Senate recently confirmed Gen. William "Kip" Ward as its first commander.AfricomOilFlareKid

General Ward told the Senate Armed Services Committee that Africom would first seek "African solutions to African problems." His testimony made Africom sound like a magnanimous effort for the good of the African people. In truth Africom is a dangerous continuation of US military expansion around the globe. Such foreign-policy priorities, as well as the use of weapons of war to combat terrorist threats on the African continent, will not achieve national security. Africom will only inflame threats against the United States, make Africa even more dependent on external powers and delay responsible African solutions to continental security issues.

The US militarization of Africa is further rationalized by George W. Bush's claims that Africom "will enhance our efforts to bring peace and security to the people of Africa" and promote the "goals of development, health, education, democracy and economic growth." Yet the Bush Administration fails to mention that securing and controlling African wealth and natural resources is key to US trade interests, which face growing competition from China. Transnational corporations rely on Africa for petroleum, uranium and diamonds - to name some of the continent's bounty. West Africa currently provides 15 percent of crude oil imports to the United States, and that figure is expected to rise to 25 percent by 2015.

"Securing and controlling African wealth and natural resources is key to US trade interests."

Policy-makers seem to have forgotten the legacy of US intervention in Africa. During the cold war, African nations were used as pawns in postcolonial proxy wars, an experience that had a devastating impact on African democracy, peace and development. In the past Washington has aided reactionary African factions that have carried out atrocities against civilians. An increased US military presence in Africa will likely follow this pattern of extracting resources while aiding factions in some of their bloodiest conflicts, thus further destabilizing the region.

Say No To Africom - Stop Africom

Misguided unilateral US military policy to "bring peace and security to the people of Africa" has, in fact, led to inflamed local conflicts, destabilization of entire regions, billions of wasted dollars and the unnecessary deaths of US soldiers. The US bombing of Somalia in January - an attempt to eradicate alleged Islamic extremists in the Horn of Africa - resulted in the mass killing of civilians and the forced exodus of refugees into neighboring nations. What evidence suggests Africom will be an exception?

In contrast, Africa has demonstrated the capacity to stabilize volatile situations on its own. For example, in 1990 the Economic Community of West African States set up an armed Monitoring Group (Ecomog) in response to the civil war in Liberia. At their height, Ecomog forces in Liberia numbered 12,000, and it was these forces - not US or UN troops - that kept Liberia from disintegrating. In another mission, Ecomog forces were instrumental in repelling rebels from Sierra Leone's capital, Freetown.

"Policy toward Africa must be rooted in the principles of African self-determination and sovereignty."

There are a range of initiatives that can be taken by the US government and civil society to provide development and security assistance to Africa that do not include a US military presence. Foremost, policy toward Africa must be rooted in the principles of African self-determination and sovereignty. The legitimate and urgent development and security concerns of African countries cannot be fixed by dependence on the United States or any other foreign power. Instead of military strategies, African countries need immediate debt cancellation, fair trade policies and increased development assistance that respects indigenous approaches to building sustainable communities. Civil wars, genocide and terrorist threats can and must be confronted by a well-equipped African Union military command.

American policy-makers should be mindful that South Africa, whose citizens overthrew the US-supported apartheid regime, opposes Africom. In addition, Nigeria and the fourteen-nation Southern African Development Community resist Africom. These forces should be joined by other African governments and citizens around the world, to develop Africa's own strong, effective and timely security capacities. Progressive US-Africa policy organizations and related civil society groups have not been sufficiently organized to bring this critical issue before the people of the United States. It is urgent that we persuade progressive US legislators to stop the militarization of aid to Africa and to help ensure Africa's rise to responsible self-determination.

Danny Glover and Nicole C. Lee
are, respectively, chairperson and executive director of TransAfrica Forum.


Non à l'AFRICOM

by Danny Glover & Nicole C. Lee

L'original de cet article fut publié dans "The Nation"

"AFRICOM est un processus dangereux d'expansion militaire mondial orchestrée par les USA."

Say No To AFRICOM - Stop AFRICOM

Avec peu d'analyses minutieuses des démocrates au congrès US-Américain et sans la moindre pleurnicherie de protestation de des soit-disants libéraux dudit pays, USA établira bientôt des bases militaires permanentes en Afrique Subsaharienne. Ce début du processus est alarmant dans la militarisation du continent Africain car ce commando des USA en Afrique (AFRICOM) coiffera la surveillance de toutes les activités militaires et de sécurités réelles des USA dans toute la région, à l'exclusion de l'Egypte. Le plan d'action d'AFRICOM commencera dès Septembre 2008 et le Sénat US-Américain a récemment confirmé la nomination du Général William "Kip" Ward comme premier commandant de ladite organisation.

Le Général Ward a déclaré devant le "Senate Armed Services Committee" que le but primaire d'AFRICOM serait de rechercher "des solutions Africaines aux problèmes Africains". Sa déclaration sonna comme un effort magnanime d'AFRICOM pour le bien des Africain(e)s. Mais en vérité, AFRICOM est un processus dangereux d'expansion militaire mondiale orchestré par les USA. En effet, la priorité d'une telle politique étrangère des USA à favoriser l'utilisation des armes de guerre pour combattre les terroristes d'Al-Qaida en Afrique, ne garantisse aucunement la sécurité nationale des pays concernés. Bien au contraire, le rôle d'AFRICOM ne sera que d'enflammer des menaces contre les Etats-Unis et rendre l'Afrique bien plus dépendante des puissances étrangères pour ainsi retarder les solutions africaines aux problèmes émanant de la sécurité du continent.

La militarisation de l'Afrique par USA fut encore malicieusement justifiée par les déclarations de George W. Bush comme suit: "AFRICOM augmentera nos efforts d'apporter la paix et la sécurité au peuple de l'Afrique et de favoriser les objectifs de développement, de la santé, de l'éducation, de la démocratie et enfin de la croissance économique." Ce que l'administration de George W. Bush a manqué de dire est que le vrai et réel but de cette politique étrangère des USA est de chercher la main mise sur les richesses et les ressources naturelles du continent qui constituent leurs principaux intérêts commerciaux, afin de contrôler la fixation et la régularisation de leurs prix. Cette fuite en avant de la Politique étrangère des USA est contrer la montée grimpante de l'économie de la Chine lequel reste la vraie et unique concurrence principale des Occidentaux dans un futur non lointain. Les entreprises transnationales mondiales sont toutes dépendantes de l'Afrique qui les approvisionne en pétrole, uranium et diamants, pour ne citer que celles-ci du grand lot des ressources naturelles dont dispose le "généreux" continent. L'Afrique de l'ouest fournit actuellement 15% d'importations de pétrole brut aux Etats-Unis, et on s'attend à ce que ce chiffre atteigne les 25% en 2015.

"Sécuriser et contrôler les ressources naturelles africaines sont les principaux intérêts commerciaux des USA."

Les responsables politiques (Policy-Makers) semblent avoir oublié le legs de l'intervention des USA en Afrique. Pendant la guerre froide, des nations Africaines ont été utilisées comme pions dans des guerres de procuration postcoloniales, une expérience qui a eu des impacts dévastateurs sur la démocratie, la paix et le développement en Afrique. Washington a dans les passés immédiats facilité et soutenu des fractions réactionnaires et/ou séparatistes sinon dictateurs (made in EU, USA et Canada) Africaines tels que Mobutu Sese Seko, Charles Taylor, Allassane Ouattara, Omar Bongo, Paul Biya, Blaise Compaoré, Sassou Nguesso, Jean-Bedel Bokassa, etc.) à commettre des atrocités contre des civils. Une présence militaire accrue des USA en Afrique laisse logiquement en déduire la situation ira de mal en pire. Et pour cause, la logistique pour soutenir les fractions séparatistes sera désormais à la portée. Ainsi, et le support des modèles d'extraction des ressources naturelles et le soutien des fractions dans certains de leurs conflits sanglants, et la déstabilisation du continent s'intensifiera davantage.

Say No To AFRICOM - Stop AFRICOM

La politique militaire unilatérale abusive des USA supposée "apporter la paix et la sécurité au peuple de l'Afrique" a, en effet, le but que d'accentuer et enflammer les conflits locaux, la déstabilisation des régions entières, le gaspillage des milliards de dollars et décès inutiles des soldats des USA. Le bombardement de la Somalie Par USA en janvier 2012, une tentative d'éradiquer les extrémistes Islamistes allégués dans la Corne de l'Afrique, a eu comme conséquence, la tuerie des civils et l'exode obligatoire des réfugiés dans des nations voisines. Quelle est donc l'évidence de suggérer qu'AFRICOM soit une exception ?

En revanche, l'Afrique seule, sans le concours des forces étrangères, a démontré à maintes reprises sa capacité de stabiliser des situations volatiles. Par exemple, en 1990 la Communauté Economique des Etats d'Afrique Occidentale (CEDEAO, ECOWAS en anglais) a installé un groupe de surveillances armée (ECOMOG) pour ainsi parer à la guerre civile au Libéria. Sous une confection parfaite des 12.000 Soldats, ce fut les forces d'ECOMOG au Libéria et non celles des USA et/ou de l'ONU et/ou des Nazis français, qui ont permis d'éviter la désintégration et l'effusion de sang au Libéria. Dans une autre mission, les forces d'ECOMOG furent les opérateurs qui repoussèrent des rebelles de la capitale de la Sierra Leone, Freetown.

"La politique pour l'Afrique doit être enracinée dans les principes de l'autodétermination et de la souveraineté des Africain(e)s."

Il y a une gamme d'initiatives qui peuvent être prises par le gouvernement des USA et les sociétés civiles pour soutenir l'aide au développement et la sécurité en Afrique tout en excluant une présence militaire des USA. Primo, La politique pour l'Afrique doit être enracinée dans les principes de l'autodétermination et de la souveraineté des Africain(e)s. Le développement et les problèmes de sécurité légitimes et urgents des pays africains ne sauraient être résolus à travers sa dépendance aux Etats-Unis et/ou une autre puissance étrangère. En place et lieu des stratégies militaires, les pays africains ont besoin de l'annulation immédiate de la dette, des politiques commerciales équitables et de l'aide au développement accrue qui respecte des approches indigènes à établir des communautés viables. Les menaces de guerres civiles, de génocides et de terroristes peuvent et doivent être confrontées sous et avec un commandement militaire bien-équipé constitué par un conglomérat des forces armées de l'Union Africaine.

Les responsables politiques américains (Policy-Makers) devraient être conscients que l'Afrique du Sud, dont les citoyens ont défait le système d'apartheid, à l'époque soutenu par les USA, s'opposent à AFRICOM. En outre, le Nigéria et la Communauté pour le Développement Africain des 14 Etats de la région Sud de l'Afrique sont résistants à AFRICOM. Ces forces devraient être élargies par d'autres gouvernements et citoyens Africains et la Diaspora Africaine à travers la planète, pour créer des forces armées puissantes, efficaces et opportunes pour la sécurité propre à l'Afrique et des Africain(e)s.

Danny Glover and Nicole C. Lee
are, respectively, chairperson and executive director of TransAfrica Forum.



The Master as “Guest”: The U.S. Military Swarms Over Africa

Wed, 01/09/2013 - 01:40 — Glen Ford
A Black Agenda Radio commentary by Glen Ford

A long-planned U.S. escalation of its military presence in Africa will soon get underway, with the permanent deployment of a 3,500-strong brigade. The heavy combat team will make itself at home in African bases in 35 countries. “This is a very different kind of invasion – more like an infiltration-in-force.”

“The 2nd Brigade’s deployment is a much larger assignment, aimed at making all of Africa a theater of U.S. military operations.”

Say No To Africom - Stop Africom

2013 is the year the U.S. kicks off its wholesale military occupation of Africa. The escalation should come as no surprise, since the Army Times newspaper reported, back in June, that a U.S. brigade of at least 3,000 troops would become a permanent presence on the continent in the new year. On Christmas Eve, the Pentagon announced that 3,500 soldiers of the 1st Infantry Division’s 2nd Brigade, in Fort Riley, Kansas, will be sent to Africa, supposedly to confront a threat from al-Qaida in Mali, where Islamists have seized the northern part of the country. But the 2nd Brigade is scheduled to hold more than 100 military exercises in 35 countries, most of which have no al-Qaida presence. So, although there is no doubt that the U.S. will be deeply involved in the impending military operation in Mali, the 2nd Brigade’s deployment is a much larger assignment, aimed at making all of Africa a theater of U.S. military operations. The situation in Mali is simply a convenient, after-the-fact rationale for a long-planned expansion of the U.S. military footprint in Africa.

The Pentagon’s larger purpose in placing an army brigade on roving duty all across the continent is to acclimate African commanders to hosting a permanent, large scale U.S. presence. This is a very different kind of invasion – more like an infiltration-in-force. The Pentagon’s strategy is designed to reinforce relationships that the U.S. Africa Command has been cultivating with African militaries since the establishment of AFRICOM during George Bush’s last year in office. As an infiltrating force, AFRICOM has been a phenomenal success.

“Militarily, the West Africans are totally dependent.”

Militarily speaking, the African Union has become an annex of the Pentagon. The AU’s biggest operation, in Somalia, is armed, financed and directed by the U.S. military and CIA. The 17,000 African troops on so-called peace-keeping duty in Somalia are, for all practical purposes, mercenaries for the Americans – although poorly paid ones. Ethiopian and Kenyan forces act as extensions of U.S. power in the East Africa. U.S. Special Forces roam the Democratic Republic of Congo, Uganda, South Sudan, and the Central African Republic – ostensibly looking for the fugitive warlord Joseph Kony but, in reality, establishing a web of U.S. military infrastructures throughout center of the continent. Uganda and Rwanda keep the eastern Congo’s mineral riches safe for U.S. and European corporations – at the cost of 6 million Congolese lives. Their militaries are on the Pentagon’s payroll.

In northwest Africa, the 16 nations of the region’s economic community await the intervention of the United Nations – which really means the United States and France – to expel the Islamist forces from Mali. Militarily, the West Africans are totally dependent. But, more importantly, they show no political will to escape this dependency – especially after the demise of Libya’s Muammar Gaddafi.

The creeping, continental U.S. expeditionary force, soon to be spearheaded by the 1st Infantry Division’s 2nd Brigade, will bunk down in African military bases throughout the continent, not as invaders, but as guests. Guests who pay the bills and provide the weapons for African armies whose mission has nothing to do with national independence and self-determination. Three generations after the beginnings of decolonization, the African soldier is once again bowing to the foreign master.

For Black Agenda Radio, I’m Glen Ford. On the web, go to BlackAgendaReport.com.
BAR executive editor Glen Ford can be contacted at Glen.Ford@BlackAgendaReport.com




Les maîtres esclavagistes s'invitent en Afrique : Les essaims militaires des États-Unis au-dessus de l'Afrique

Wed, 01/09/2013 - 01:40 — Glen Ford
A Black Agenda Radio commentary by Glen Ford

"Une escalade longuement prévue des États-Unis de sa présence militaire en Afrique verra bientôt le jour, avec le déploiement permanent d'une brigade de 3.500 brigades ultra armées. Les équipages de combats lourds gîteront dans 35 pays Africains. "Ce genre d'invasion est différente des autres que nous connaissons car il s'agit là plutôt d'une infiltration en force."

“Le 2ème déploiement de brigades s'effectuera à une proportion plus grande, destinée à faire de toute l'Afrique la base du théâtre des opérations militaires des États-Unis.”

Say No To AFRICOM - Stop AFRICOM

2013 est l'année où les États-Unis renforcera à massivement les unités de son occupation militaire de toute l'Afrique excepté l'Egypte. L'escalade ne point surprendre, car le journal "army Times" l'avait déjà annoncé depuis Juin 2012, qu'une brigade d'au moins de 3.000 troupes des USA sera permanente sur le continent en 2013. Pendant Le réveillon de Noël 2012, le Pentagone a annoncé que 3.500 soldats de la division d'infanterie de la 2ème brigade à Fort Riley, dans le Kansas, seront envoyés en Afrique, supposés confronter une prétendue menace imminente d'Al-Qaida au Mali, où les Islamistes ont occupé le nord du pays dudit pays. Ainsi donc, il a été assigné à la 2ème brigade la tâche d'effectuer plus de 100 exercices militaires dans 35 pays, même dans des pays où il n'existe quasiment aucune présence d'Al-Qaida. A l'évidence, bien qu'il n'y ait aucun doute que les États-Unis seront profondément impliqués dans l'opération militaire imminente au Mali, le déploiement de la 2ème brigade en elle est une opération d'une envergure disproportionnée dont l'objectif est de fabriquer sinon transformer toute l'Afrique (excepté l'Egypte) en une base d'un théâtre d'opérations militaires des États-Unis. La situation au Mali est tout simplement un beau prétexte bien raffiné et une justification, rien que pour les crédules que sont les Africains, d'une invasion militaire du Continent longuement prévue par les États-Unis dans sa politique extérieure pour l'Afrique.

L'objectif profond du Pentagone en plaçant une brigade d'armées itinérants à travers tout le continent est d'acclimater les commandants Africains d'avec leur présence afin que dans un futur proche ils acceptent les accueillir ladite présence massive et constante des États-Unis. Ce genre d'invasion est différent des autres que nous connaissons car il s'agit là plutôt d'une infiltration en force. La stratégie conçue du Pentagone est d'intensiver les relations entre les USA et Afrique des commandos déjà cultivées l'an 2012 avec les militaires africains depuis la création de l'AFRICOM sous l'ère de George W. Bush, comme force d'infiltration. Nul de peut donc douter du succès phénoménal de l'AFRICOM, cette organisation démonique.

“Militairement, les Ouest-Africains sont totalement dépendants de l'Occident, quelle perversion?”

Militairement parlant, l'Union Africaine (UA) est devenue une annexe du Pentagone. La plus grande opération armée de l'UA en Somalie, est financée et dirigée par les militaires des USA et de la CIA. Les 17.000 troupes Africaines dont la soi-disante mission est de maintenir la paix en Somalie, sont à toute fin pratique, des mercenaires pour les Américains quand bien mal payés par leurs employeurs occidentaux. Les forces éthiopiennes et kenyanes sont au compte de l'extension de la puissance militaire des USA en Afrique de l'Est. Les forces spéciales des USA errent en République démocratique du Congo, en Ouganda, au Soudan du sud, et en République Centrafricaine en se donnant une apparence d'une mission à la recherche du seigneur de la guerre fugitif Joseph Kony. Mais en réalité, leur objectif primaire et primordial est d'établir un réseau d'infrastructures militaires des États-Unis dans tout le centre du continent Africain. L'Ouganda et le Rwanda contrôlent les richesses minérales du Congo oriental au compte des sociétés des USA et européennes au prix des 6 millions de vie des Congolais(es) et leurs militaires sont des salariés du Pentagone.

Les 16 nations de la région de la Communauté Economique (CEDEAO, ECOWAS en anglais) au Nord-Ouest de l'Afrique, attendent l'intervention de l'Organisation des Nations Unies, laquelle est en réalité le bras long des USA et la France, pour expulser les forces Islamistes au Mali. Militairement, le Ouest-Africains sont totalement dépendants de l'Occident, quelle perversion?

L'insidieuse et grimpante présence sur le continent des forces expéditionnaires des USA, se concrétisera bientôt avec celle de la 2ème division de brigade d'infanterie, afin de permettre la mise en place des bases militaires sur la totale surface du continent Africain, pas comme envahisseurs, mais comme invités au titre de maitres esclavagistes comme ce fut les temps passés. Les invités qui payent les factures et fournissent les armes à ces armées Africaines dont la mission n'a rien à avoir avec une éventuelle indépendance nationale et/ou autodétermination. Et cela, pas plus que trois générations après le début de la décolonisation, le soldat Africain fait à nouveau révérence à sa majesté, le maître esclavagiste dont les caisses sont vides et veut davantage les richesses et ressources naturelles du continent au détriment du sang et vie humaines Africains. Peut-on qualifier ce comportement autre que du "vampirism" et démoniaque?

For Black Agenda Radio, I’m Glen Ford. On the web, go to BlackAgendaReport.com.
BAR executive editor Glen Ford can be contacted at Glen.Ford@BlackAgendaReport.com

to top